Intégrer la formation d’instituteurs par concours avec un bac+2

Vous découvrirez dans cet article les différents sujets suivants (cliquer pour y accéder) :

Qui peut se présenter au concours ?

Je justifie d’un diplôme bac +2 (au minimum) ou d’une inscription en 2e année de licence :

Pourront présenter les concours externes les candidats, qui, à la date de publication des résultats d’admissibilité :

1. Justifient d’une inscription en deuxième année d’études en vue de l’obtention d’une licence ou d’un titre ou diplôme reconnu équivalent par le ministre de l’Enseignement supérieur ;

2. Remplissent les conditions pour s’inscrire en dernière année d’études en vue de l’obtention d’une licence ou d’un titre ou diplôme reconnu équivalent par le ministre de l’Enseignement supérieur ;

3. Justifient d’une inscription en dernière année d’études en vue de l’obtention d’une licence ou d’un titre ou diplôme reconnu équivalent ;

4. Justifient de la détention d’une licence ou d’un titre ou diplôme reconnu équivalent.

Le concours externe option LCK

« Développer l’identité de l’Ecole calédonienne », pour en faire un des vecteurs essentiels du vivre ensemble et du destin commun, constitue un enjeu majeur de la politique éducative de la Nouvelle-Calédonie. Ainsi, un enseignement des éléments fondamentaux de la culture kanak (EFCK) est obligatoirement donné à chaque élève sur l’ensemble de la scolarité primaire.

Pour consacrer cette orientation, à l’IFMNC deux unités d’enseignement (UE) obligatoires sont inscrites dans la formation initiale des instituteurs.

Par ailleurs, un parcours « Langues et Culture kanak » est proposé aux étudiants locuteurs d’une langue kanak ou océanienne souhaitant se former spécifiquement à l’enseignement des langues et de la culture kanak ou océanienne à l’école primaire. Ce parcours permet d’acquérir et de développer des compétences professionnelles en didactique des langues kanak, complémentaires à celles de l’enseignant du 1er degré de la Nouvelle-Calédonie et de donner de solides connaissances en matière d’acquisition du langage dans le contexte linguistique de la Nouvelle-Calédonie et de l’Océanie. Ce parcours permet également de se préparer aux concours externes de recrutement d’instituteurs option LCK.

Le parcours “spécial LCK” d’une durée de 48H, s’organise sur les 3 années de la formation initiale des instituteurs et s’articule autour des éléments de contenu suivants :

• Grammaire des langues kanak (et océaniennes) : phonologie, morphosyntaxe et orthographe.

• Didactique de l’oral face à un public hétérogène (locuteurs actifs ou passifs, non locuteurs).

• Apprentissage de la lecture écriture en langues kanak (et océaniennes) en gestion coordonnée avec le français.

• Les langues kanak (et océaniennes) à travers les différents champs disciplinaires : questions théoriques et choix pédagogiques.

Les stagiaires

En cas de succès à l’un des concours de recrutement d’instituteurs, les lauréats bénéficient d’une année de formation à l’IFMNC en tant qu’instituteurs stagiaires. Ils doivent valider la formation en alternance d’une année à l’IFMNC. L’année de stage est sanctionnée par le diplôme d’instituteur délivré par l’Etat représenté en Nouvelle-Calédonie par le vice-recteur.

Les candidats doivent justifier, au plus tard, à la date de leur nomination en tant qu’instituteurs stagiaires en formation de la détention d’une attestation certifiant :

1. Qu’ils ont réalisé un parcours d’au moins 50 mètres dans une piscine placée sous la responsabilité d’un service public, établie :

  • Soit par un service universitaire (STAPS, service commun des APS) ;

  • Soit par une autorité d’un service public territorial des activités physiques et sportives (piscine municipale) ;

  • Soit par une autre autorité publique habilitée à assurer une formation dans le domaine de la natation.

Sont également admises les attestations certifiant une compétence en natation d’un parcours d’au moins 50 mètres, délivrées par une autorité compétente d’un Etat membre de la Communauté européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen autre que la France.

2. La qualification du candidat en secourisme reconnue de niveau égal à celui du certificat de prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1) établie par un organisme habilité à le délivrer.

Texte de référence : Délibération modifiée n°346 du 30 décembre 2002 portant statut particulier du corps des instituteurs du cadre de l’enseignement du premier degré de Nouvelle-Calédonie : Délibération 346 du 30 12 2002

Liens utiles